Marie-Thérèse Mourey, “Être femme et écrire dans l’espace germanique au 17e siècle. L’écriture au féminin”

Dans l’espace germanique, les femmes ont été littéralement « domestiquées » depuis la Réforme. Sans être incultes, elles n’ont pas accès aux universités ni à la culture savante, mais demeurent soumises à l’institution du mariage, au service du mari, de la maison et des enfants. Ces obstacles, d’ordre institutionnel et social, les placent dans une situation de dépendance matérielle et financière totale envers les hommes (père, mari, tuteur, mécène…), qui parfois tout de même les soutiennent avec bienveillance dans leur projet d’écriture. Leur production, quantitativement modeste, a laissé peu de traces matérielles : destinée à un usage privé et non public, elle est souvent demeurée à l’état manuscrit. La communication présente quelques exemples d’écriture au féminin, afin d’en éclairer les spécificités : au premier chef une volonté d’émulation poétique et esthétique avec les modèles, des poètes masculins, afin de promouvoir la langue allemande, et une revendication d’accéder en pleine légitimité à la haute culture, à égalité avec les hommes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.