Virginie Carreira, « Écrits de religieuses à la marge du Siècle d’Or : le ludique et la lacune ».

Les écrits des religieuses ibériques et ibéro-américaines à l’époque moderne, pour aussi riches qu’ils soient, n’ont pas été retenus par le canon de la littérature, et leur existence matérielle est réduite à peau de chagrin. Elle n’en est pas moins intrigante pour autant, comme en témoigne le recueil d’Énigmes inédit en France, écrit par neuf femmes dont huit religieuses, allant de la portugaise Sóror Maria do Céu dont nous n’avons quasiment que des éditions d’époque, à la célèbre mexicaine Sor Juana Inés de la Cruz, best-seller féministe.  Le charme fantasmatique de cet écrit provient à la fois de sa dimension ludique (bilinguisme, jeux de paratexte et de pseudonymes face à la censure, caractère artisanal du faux livre manuscrit) que du mystère de ses aspects lacunaires (absence de copie 0, impossibilité de rencontre entre les autrices, manuscrits retrouvés non au couvent, mais dans des bibliothèques masculines).

Virginie Emmanuelle CARREIRA. Doctorante contractuelle à l’ED 122de la Sorbonne nouvelle, École Doctorale « Europe latine – Amérique latine ». A occupé en France et au Portugal différents postes en éducation et en traduction, a suivi des études de Lettres modernes à la Sorbonne Nouvelle puis de Littérature Générale et Comparée à l’Université de Paris. Travaille sur la littérature conventuelle féminine ibérique et ibéro-américaine des XVIIe et XVIIIe siècles, notamment sur le lien entre ses paradoxes et la construction de modernité, et plus généralement sur l’écriture de la sensualité et la figure de la religieuse depuis le Moyen-âge.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.