Marie-Thérèse Mourey, “Être femme et écrire dans l’espace germanique au 17e siècle. L’écriture au féminin”

Dans l’espace germanique, les femmes ont été littéralement « domestiquées » depuis la Réforme. Sans être incultes, elles n’ont pas accès aux universités ni à la culture savante, mais demeurent soumises à l’institution du mariage, au service du mari, de la maison et des enfants. Ces obstacles, d’ordre institutionnel et social, les placent dans une situation de dépendance matérielle et financière totale envers les hommes (père, mari, tuteur, mécène…), qui parfois tout de même les soutiennent avec bienveillance dans leur projet d’écriture. Leur production, quantitativement modeste, a laissé peu de traces matérielles : destinée à un usage privé et non public, elle est souvent demeurée à l’état manuscrit. La communication présente quelques exemples d’écriture au féminin, afin d’en éclairer les spécificités : au premier chef une volonté d’émulation poétique et esthétique avec les modèles, des poètes masculins, afin de promouvoir la langue allemande, et une revendication d’accéder en pleine légitimité à la haute culture, à égalité avec les hommes.

Webinaire “Être femme et artiste dans l’Europe moderne”, 26 novembre 2021, 13h30-16h

Image dans Infobox.

Johannes Vermeer, La Femme au luth (1663), Metropolitan Museum, New York (source: wikimedia commons)

13h30-13h45: introduction (A. Griffin)

13h45-14h10 : Marie-Thérèse Mourey (Sorbonne Université) : « Être femme et écrire dans l’espace germanique au 17e siècle »

14h10-14h25: discussion

14h25-14h50 : Chantal Schütz (Polytechnique, PRISMES): « La luthiste et la vendeuse de feuilles volantes : formes de la co-création musicale féminine » 

14h50-15h05: discussion

15h05-15h10: pause

15h10-15h35 : Claire Labarbe (Sorbonne Nouvelle) : « Entre vices rédhibitoires et humeurs changeantes : la diffraction du modèle de la “bonne épouse” dans le corpus fragmenté des caractères. »

15h35-15h50: discusssion

15h50-16h : discussion générale et perspectives

Le lien zoom peut être obtenu en écrivant à aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr

Programme 2021-2022

25/09: Journée d’études en ligne, ‘Commemorating the Sidney Ladies, 1621-2021’

SÉANCE 1 : 26/11 :

  1. Chantal Schütz (Polytechnique, PRISMES): « La luthiste et la vendeuse de feuilles volantes : formes de la co-création musicale féminine » ? 
  2. Claire Labarbe (Sorbonne nouvelle) : « Entre vices rédhibitoires et humeurs changeantes : la diffraction du modèle de la “bonne épouse” dans le corpus fragmenté des caractères. »
  3. Marie-Thérèse Mourey (Sorbonne Université) : « Être femme et écrire dans l’espace germanique au 17e siècle »

SÉANCE 2 : 14/01 : Autour des écrits de religieuses

  1. Virginie Carreira (Sorbonne nouvelle) : « Écrits de religieuses à la marge du Siècle d’Or : le ludique et la lacune »
  2. Helena Queiros (Sorbonne nouvelle) : “L’écriture du corps des religieuses. L’incorporation du sacré à travers des biographies spirituelles portugaises du XVIIIe”. 
  3. Marie-Elisabeth Henneau (Liège) : “Tenir la plume en temps de guerre: la matérialité des écrits de religieuses franc-comtoises (première moitié du XVIIe siècle)”
  4. Laurence Lux-Sterritt (AMU) : ” L’objet manuscrit: sur la piste des religieuses anglaises en exil au XVIIème siècle”

SÉANCE 3 : 4/02 : Vies matérielles des textes, du manuscrit à la scène

  1. Claire Gheeraert (Rouen) : “Du manuscrit à l’imprimé: les métamorphoses de la dédicace aux enfants dans les Memoirs of the Life of Colonel Hutchinson
  2. Armel Dubois-Nayt (UVSQ) : “Œuvres et manœuvres : la circulation des poèmes d’amour de Marie Stuart à l’aune du statut d’autrice à la Renaissance”
  3. Sophie Lemercier-Goddard  (ENS Lyon): “Marianne sur les scènes anglaise et française, 1604-1636 : Elizabeth Cary, Gervase Markham et William Sampson, Tristan L’Hermite”
  4. Nancy Oddo (Sorbonne nouvelle) : titre à venir

SÉANCE 4 : 30 mars- 2 avril 2022, atelier au congrès de la Renaissance Society of America à Dublin : « Women Self-Fashioning through Death in Early Modern England »

  1. Eva Lauenstein (Birkbeck): ‘“Things New and Old”: Anne Clifford and the Building of Godly Communities’
  2. Anne-Marie Miller-Blaise (Sorbonne nouvelle) : ‘Anne Bacon Drury’s Self-Effacing Monuments’
  3. Emma Bartel (Sorbonne Université) : ‘“Going to Take a turn with Death”: Becoming the Pious Mary Rich, Countess of Warwick (1625-1678)
  4. Aurélie Griffin (Sorbonne nouvelle): ‘Beyond Martyrdom in The Tragedy of Mariam

COLLOQUE INTERNATIONAL 17-18/06, Sorbonne nouvelle, Maison de la Recherche:  « Objets textuels /HerBook »

Commemorating the Sidney Ladies, 1621-2021 – 25 September 2021 – Online Conference

The conference will be held entirely online. The link can be obtained by writing an email to aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr by 23 September.

Barbara Sidney, Countess of Leicester
Marcus Gheeraerts, Barbara Gamage with Six Children, ca. 1596, Private collection, Penshurst Place. Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Gheeraerts_Barbara_Gamage_with_Six_Children.jpg

9 am: welcome

9. 15-10.15: Keynote 1: Rosalind Smith (Australian National University): “Cultures of complaint: Mary Sidney Herbert and Lady Mary Wroth” 

Chaire: Aurélie Griffin (Sorbonne Nouvelle)

10.15-10.20: short break

Panel 1, 10. 20-11. 40: Mary Wroth

Chair: Susan Wiseman (Birkbeck)

  1. 10. 20-10. 40: James Waddell (University College London): “Mutuall care, made them all cared for”: attentive listening and the ethics of care in Wroth’s The Countess of Montgomery’s Urania
  2. 10. 40-11: Mathilde Alazraki (Université de Paris): “The “Easterne Starr” and the “Orient Pearle”: The Representation of Eastern Characters in the Second Part of Lady Mary Wroth’s Urania
  3. 11-11. 20: Aurélie Griffin (Sorbonne nouvelle): “Urania and the Mirrors for Princes”
  4. 11.20-11.40: Q & A

11.40-11.45: short break

11.45-12.45: Keynote 2: Alison Findlay (Lancaster University): “‘Here is a book’: drawing fortunes through drama in the Sidney women’s writing”

Chair: Anne-Marie Miller-Blaise (Sorbonne Nouvelle)

12.45-2 pm: lunch break

Panel 2: 2 pm- 4. 05: Mary Sidney Herbert and Elizabeth Cary

Chair: Sophie Lemercier-Goddard (ENS Lyon)

  1. 2 -2. 20: Judith Hudson (Birkbeck): “‘Your Mariam greets you well’: Evidence and Uncertainty in The Tragedy of Mariam” 
  2. 2. 20-2. 40: Anita Raychawduhri (University of California Santa Barbara): “Women’s Bonds: Women’s Writing, Hostility and Queer Chastity in Mary Sidney Herbert’s The Tragedie of Antonius
  3. 2. 40- 3: Line Cottegnies (Sorbonne Université): “The translator as critic and poet: Mary Sidney Herbert’s Antonius (1592) as poetic experiment” 
  4. 3 – 3. 20: Eva-Maria Lauenstein (Birkbeck): “‘Disce Mori Mundo’: A Discourse of Life and Death and Seventeenth Century Protestant Funerary Culture”
  5. 3. 20- 3. 40: Anne-Marie Miller-Blaise (Sorbonne nouvelle): “The Politics of Mary Sidney’s Psalms: Tyranny, Commemoration, and Consolation”
  6. 3. 40 – 4. 05: Q&A

4.05-4.10: short break

4.10-5. 10: Roundtable: “The Sidney Ladies and Early Modern Women” 

5.10 -6.10 : Keynote 3: Mary Ellen Lamb (Southern Illinois. University): “Lady Mary Wroth’s ‘As These Drops Fall’ and the Baroque”

Chair: Aurélie Griffin (Sorbonne Nouvelle)

6. 10 – 6. 30: General discussion 

6.30: end of the conference

Muses and Patrons: Mary Sidney Herbert and Anna Roemers Visscher |  SpringerLink
Simon van de Passe, Mary Sidney Herbert, 1618. Source: https://www.rct.uk/collection/680606/mary-sidney

Appel à communications – Colloque “Objets textuels: des femmes et leurs livres en Europe, 16e-18e siècles”, Sorbonne Nouvelle, 17-18 juin 2022

Jan Verkolje | Portrait, Woman reading, 17th century fashion
Jan Verkolje, Portrait of Petronella Boogart, Rijksmuseum (1679)

“Objets textuels: des femmes et leurs livres en Europe, 16e-18e siècles”

Colloque international, Sorbonne nouvelle, 17-18 juin 2022

Si “les femmes qui lisent sont dangereuses”, selon le titre d’un célèbre ouvrage (Adler et Bollman 2005), que dire de celles qui possèdent des livres, à une époque où l’accès des femmes à la culture n’est pas toujours aisé ? Ce colloque, organisé dans le cadre du projet de recherche “Corpus Feminae: matérialités des écritures féminines dans l’Europe moderne”, soutenu par la Sorbonne nouvelle, a pour but d’examiner les liens qui se tissent entre des femmes et leurs livres, de manière à mettre en lumière leur dimension concrète, physique. On interrogera l’éventuelle porosité entre la matérialité du livre (formats, reliures, types de papier, illustrations et frontispices, marginalia…) et le corps féminin, en se demandant si le contact avec celui-ci « laisse des traces » sur l’objet lu. 

Dans la lignée des travaux de Roger Chartier, qui ont bien montré l’importance de la matérialité du livre dans sa réception, les études sur la possession des livres (“book ownership”) sont un champ en plein essor dans les pays anglophones, mais ces questions sont rarement envisagées dans une perspective à la fois européenne et genrée. Par ce projet, nous espérons contribuer au développement de ces études en rendant aux femmes la place qui devrait être la leur, et élargir la focale pour inclure toute l’Europe, ainsi que le Nouveau Monde. Il ne s’agit bien sûr pas de présupposer que toutes les femmes de l’Europe moderne possédaient leurs livres de la même façon, mais de chercher à identifier d’éventuelles convergences et divergences en comparant les approches, et aussi, peut-être, de mettre au jour des réseaux de circulations transnationales qui inclueraient des femmes.

En effet, l’acculturation des femmes connaît dans l’Europe moderne (16e-18e siècles) une progression lente, non sans obstacles, mais conséquente (Timmermans 2005). Leur accès à la lecture, et, dans une moindre mesure, à l’écriture, commence timidement à se démocratiser, même si les femmes de l’aristocratie continuent à être largement privilégiées (Cruz 2011; Howe 2018). Dans ce contexte, un nombre croissant de femmes peut non seulement lire, mais posséder des livres, c’est-à-dire se les procurer par achat, don, héritage ou autre forme de transmission, et plus encore, les revendiquer comme siens (De Courcelles 1999; Knight 2018; Bombart 2020). C’est aux différentes formes et modalités de cette appropriation que ce colloque entend s’intéresser, c’est-à-dire à la fois aux parcours qui mènent les livres jusqu’à leurs propriétaires (et inversement), et aux différentes manières dont celles-ci les rendent pleinement les leurs. Ainsi, comment les femmes de l’Europe moderne se procuraient-elles leurs livres, dans le cas de la publication imprimée ? Quel rôle ont-elles pu jouer dans la circulation d’œuvres manuscrites (“simples” lectrices, commanditaires ou mécènes, co-autrices, comme dans le cas de Mary Sidney Herbert qui poursuit la traduction des Psaumes initiée par son frère Philip…) ? Comment constituaient-elles leurs propres ouvrages manuscrits, par exemple sous la forme de recueils de lieux communs ? 

On se demandera comment des femmes en venaient à reconnaître des livres comme les leurs, et à les identifier comme tels, en s’interrogeant sur les différentes marques (signatures, toutes formes d’annotation) grâce auxquelles elles rendaient cette appartenance visible, ou conditionnaient la transmission de l’objet à une autre personne, une autre génération (Cavallo 2000). Cette appropriation se faisait-elle de manière différente pour les femmes et pour les hommes, dans un contexte où l’éducation des femmes reste controversée ? Plus généralement, peut-on observer, dans ces livres de femmes, une translation du corps, un passage du corps féminin vers le corps du texte, vers l’objet livre en lui-même ? En d’autres termes, y a-t-il des livres de femmes à la période moderne, que leur contenu s’adresse explicitement au genre féminin ou non? 

Les communications pourront ainsi, à travers des cas particuliers et/ ou des études transversales, éclairer les diverses relations matérielles qu’entretiennent les femmes et leurs livres dans l’Europe moderne, mais aussi sur la dimension concrète des processus d’acquisition, de circulation, ou de constitution de bibliothèques.  Les approches interdisciplinaires et transnationales seront particulièrement bienvenues.

Les propositions de 300 mots environ, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique,  peuvent être envoyées à Guillaume Coatalen (guillaume.coatalen@cyu.fr) et Aurélie Griffin (aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr) pour le 15 novembre 2021. Les langues du colloque seront le français et l’anglais; les communications n’excéderont pas 25 minutes. Une sélection d’articles fera l’objet d’une publication sous forme de recueil collectif.

HerBook: Women and Book Ownership in Europe, 16th-18th centuries

International Conference, Sorbonne nouvelle, Paris, 17-18 June 2022

If “women who read are dangerous”, as the title of a famous book has it (Adler and Stollmann 2005), what could be said of women who owned books, at a time when their access to culture was still controversial? This conference, which is part of the Sorbonne nouvelle’s “Corpus Feminae: women’s materialities in early modern Europe” project, intends to examine the relationships between women and their books to shed light on their physical properties. The conference will consider how permeable the materiality of the book (formats, bindings, types of paper, illustration and frontispieces, marginalia…) is to women’s bodies, by asking if the contact between the two may leave traces on the object which is read.

            In the wake of Roger Chartier’s works, which have shown the importance of materiality in the reception of the book, book ownership has been a fast developing field, but these questions are rarely contemplated from a perspective that is both European and gendered. Building on the recent work on female book ownership in the English-speaking world, we would like to widen the perspective to include all European countries, and possibly the New World, and take into consideration cross-cultural exchanges, in particular the circulation of books. With this project, we hope to contribute to the development of such studies and to help to recover the place women should have in them. Far from suggesting that all early modern women had the same approach to book ownership, we would like to uncover both similarities and differences in their practices, and also to possibly shed light on transnational networks of circulation that included women.

            Indeed, women’s education developed slowly but surely in early modern Europe, as did their involvement in the culture of the time, despite the many obstacles they had to face (Timmermans 2005). Literacy slowly began to reach more women, even if upper-class, especially aristocratic, women continued to be privileged in this regard (Cruz 2011; Howe 2018). In this context, not only could a growing number of women read, but even possess books, i.e. procure them by purchase, gift, inheritance or any other form of transmission – books that they often claimed as their own (De Courcelles 1999; Knight 2018; Bombart 2020). This conference aims to explore the various forms and modalities such an appropriation could take, both by discovering how books were brought to women (and conversely) and by scrutinizing the different manners in which women made their books fully their own. How did early modern women come across their printed books? What roles did they play in the circulation of manuscripts (as “simple” readers, patrons, or co-authors, as with Mary Sidney Herbert’s translation of the Psalms, continuing her brother’s work after his death…)? How did they create their own manuscript works, especially in the case of commonplace books?

            We would like to examine the ways in which women came to recognize and identify books as their own by interrogating the diverse signs of appropriation (such as signatures, notes, scribbles or others) through which they left their marks on books, publicizing their ownership and/or conditioning the transmission of books to another person or another generation (Cavallo 2000). Did this appropriation take different forms for men and women, at a time when women’s education remained debated? More generally, can we observe a translation of the body in these female books – a passage from the body of the reader to the materiality of the book itself? In other words, were books materially gendered in the early modern period, whether or not their content was specifically addressed to women?

            The conference seeks to interrogate (through case studies and/or transversal ones) the various relations entertained by women and their books in early modern Europe by focusing on the materiality of the book, but also on the concrete dimension of the processes of acquisition, circulation, or the creation of libraries. Interdisciplinary and cross-cultural studies would therefore be particularly welcome.

            We invite individual submissions for 20 to 25 minute presentations, either in English or in French. Please send a 300-word abstract with a short bio-bibliographical notice to Guillaume Coatalen (guillaume.coatalen@cyu.fr) and Aurélie Griffin (aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr) by 15 November 2021. A selection of papers will be submitted for publication as a collection of essays.

Bibliography:

Acheson, Katherine (ed.), Early Modern English Marginalia: Material Readings in Early Modern Culture, London, New York, Routledge, 2018.

Adler, Laure, et Stefan Bolmann, Les Femmes qui lisent sont dangereuses, Paris, Flammarion 2005.

Bawcutt, Priscilla, “‘My Bright Buke’: Women and their Books in Medieval and Renaissance Scotland”, in Medieval Women: Texts and Contexts in Late Medieval Britain: Essays for Felicity Tiddy, eds. Jocelyn Wogan-Browne, Rosalynn Voaden and Arlyn Diamond, Turnhout, Brepols, 2000, 

Bombart, Mathilde, Sylvain Cornic, Edwige Keller-Rabé, Michèle Rossellini (eds.), “À qui lira”. Littérature, livres et librairie en France au XVIIe siècle, Tübingen, Günter Narr Verlag, 2020.

Cavallo, Sandra, “What Did Women Transmit? Ownership and Control of Household Goods and Personal Effects in Early Modern Italy”, in Gender and Material Culture in Historical Perspective, eds. Moira Donald and Linda Hurcombe, London, New York, Palgrave Macmillan, 2000, pp. 38-53.

Chartier, Roger, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987.

______, Pratiques de la lecture, Paris, Payot, 2004.

______ (ed.), Les Usages de l’imprimé, XVe-XIXe siècles, Paris, Fayard, 1987.

______, et Guglielmo Cavallo (eds.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Point, 2011.

Cruz, Anne J. et Rosilie Hernandez (eds.), Women’s Literacy in Early Modern Spain and the New World, Farnham, Ashgate, 2011.

De Courcelles, Dominique, et Carmen Val Julian, Des Femmes et des livres. France et Espagne, XIVe-XVIIe siècles, Paris, Publications de l’Ecole Nationale des Chartes, 1999.

Dooley, Brendan, Angelica’s Book and the World of Reading in Renaissance Italy, London Bloomsbury, 2016.

Howe, Elizabeth Teresa, “Ladies, Libraries and literacy in Early Modern Spain”, in A Companion to the Spanish Renaissance, ed. Hilaire Kallendorf, Leiden, Brill, 2018.

Knight, Leah, Micheline White and Elizabeth Sauer (eds.), Women’s Bookscapes in Early Modern Britain: Reading, Ownership, Circulation, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2018. 

Jagersma, Rindert, et Joanna Rozendaal, “Female Book Ownership in the Eighteenth-Century Dutch Republic: The Book Collection of Paper-Cutting Artist Joanna Koerten (1650-1715)”, Qaerendo, vol. 50, Issue 1-2, 2020, pp. 109-140.

Jeans, Hannah, Women’s Reading Habits and Gendered Genres, c. 1600-1700, Ph. D. Thesis, University of York, 2019. 

Mayer, Jean-Christophe, Shakespeare’s Early Readers: A Cultural History from 1590 to 1800, Cambridge, Cambridge University Press, 2018.

McElligott, Jason, “Ownership Inscriptions and Life Writings in the Books of Early Modern Women”, in Women’s Life Writing and Early Modern Ireland, eds. Julie A. Eckerle and Naomi McAreavey, Lincoln, NE., University of Nebraska Press, 2018.

Pearson, David, Book Ownership in Stuart England, Oxford, Oxford University Press, 2021. 

Plantey, Damien, Les Bibliothèques des princesses de Navarre: livres, objets,mobilier, décor, espaces et usages, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2016.

Reid, Martine (ed.), Femmes et littérature. Une histoire culturelle, Paris, Gallimard, 2020, 2 vols. 

Reinburg, Virginia, “‘For the Use of Women’: Women and Books of Hours”, Early Modern Women, Fall 2009, n°4, pp. 235-240.

Roberts, Sasha (ed.), “Reading in Early Modern England”, special issue of Critical Survey, vol. 12 Issue 2, 2000.

Smith, Helen, “Grossly Material Things”: Women and Book Production in Early Modern England, Oxford, Oxford University Press, 2012.

Staves, Susan, “‘Books Without Which I Cannot Write’: How Did Eighteenth-Century Women Writers Get the Books they Read?”, in Women and Material Culture, 1660-1830, eds. Jennie Batchelor and Cora Kaplan, New York, London, Palgrave Macmillan, 2007, pp. 191-211.

Timmermans, Linda, L’Accès des femmes à la culture sous l’Ancien Régime, Paris, Honoré Champion, 2005.

Wayne, Valerie (ed.), Women’s Labour and the History of the Book in Early Modern England, London, Bloomsbury, The Arden Shakespeare, 2020.

Van Elk, Martine, Early Modern Women’s Writing: Domesticity, Privacy and the Public Sphere in England and the Dutch Republic, London, Palgrave Macmillan, 2017. → inviter

Von Tippelskirch Xenia, Sotto controllo. Letture femminili in Italia nella prima età moderna, Rome, 2011. 

Weduwen, Andrew der, Andrew Pettigree and Graeme Kemp, Book Trade Catalogues in Early Modern Europe, Leiden, Brill, forthcoming 2021.

Weyraud, Erdmann, ‘Book ownership’, Encyclopedia of Early Modern History Online, first published 2015, DOI: <http://dx.doi.org/10.1163/2352-0272_emho_COM_017833>

Online Resources: 

Early Modern Female Book Ownership, #HerBook, URL: https://earlymodernfemalebookownership.wordpress.com/

Book Owners Online, URL: https://bookowners.online/Main_Page

Webinaire du 7 mai 2021, « Variations matérielles : arts féminins et écriture de soi dans l’Europe moderne et au-delà »

J. H. Fragonard, La Lectrice, c. 1770-1772, National Gallery of Art, Washington, D.C.

Vendredi 7 mai,  13h 30- 17h30

13h30-13h40: présentation

13h40-14h25: conférence plénière: Jean-Christophe Mayer (CNRS / Université de Montpellier 3): « Shakespeare’s early modern female readers and annotators (16th to 18th century) ».

14h25-14h45: discussion

14h45-15h05: Julia Gros de Gasquet (Sorbonne nouvelle) : « Femmes dramaturges au XVIIe siècle : faire entendre le différend. »

15h05 – 15h15 : discussion

15h15- 15h55 : Clément Duyck (UPEC) et Louise Piguet (Sorbonne nouvelle):  « Inventions et usages d’un corpus poétique (fin XVIIe-début XIXe siècle) : le cas des écrits de Jeanne Guyon »

15h55-16h05: discussion

16h05-16h15: pause

16h15-16h35: Mathilde Alazraki (Université de Paris) : « La Reine et la Sultane: construire et visualiser une diplomatie féminine à travers la correspondance entre Elizabeth Ière et Safiye (1593-1599) ».

16h35-16h45: discussion16h45-17h05: Anne-Marie Miller-Blaise (Sorbonne nouvelle):   « En écrivant, en se devisant : Lady Drury en son cabinet d’emblèmes »

17h05-17h15: discussion

17h15-17h30: discussion générale, bilans et perspectives

Cabinet de Lady Drury, début du 17e siècle, Ipswich Museum.

Clément Duyck (Université Paris-Est Créteil – LIS) et Jeanne Piguet (Sorbonne nouvelle – FIRL), “Inventions et usages d’un corpus poétique (fin XVIIe-début XIXe siècle) : le cas des écrits de Jeanne Guyon”

Résumé de l’intervention du 7 mai 2021

Très peu étudiés, les poèmes et les cantiques spirituels de la mystique Jeanne Guyon (†1717) représentent une masse d’écrits considérables que ses proches et ses disciples imprimèrent à Amsterdam en quatre volumes en 1722. C’est à l’intersection de son statut informel de sainte et d’autrice spirituelle que s’articule la question du « corps » et du « corpus ». Au terme d’un long siècle de refoulement des preuves extraordinaires et corporelles de la sainteté mystique, celle-ci s’établit progressivement selon de nouveaux modes de véridiction (Gimaret 2011, Le Brun 2013) : J. Guyon et son entourage surent tirer parti de ces mutations et fonder sa sainteté sur son activité d’écriture, activité abondamment mise en scène et publiée avec ses écrits afin de façonner la persona auctoriale de femme inspirée qui fit sa notoriété. Si l’autobiographie de J. Guyon (1720) apparaît comme une pièce centrale de cette fondation (Marin 1993), il ne faudrait pas négliger ses vers dont l’écriture, la publication et les pratiques sociales qu’ils ont suscités tinrent lieu du corps de la sainte, et rassemblèrent, mobilisèrent de petits corps sociaux de « parfaits » et de « parfaites ».

La première partie de la communication s’intéresse à la pratique de la poésie et à sa représentation, du vivant de J. Guyon jusqu’aux premières publications imprimées (1722). En prenant quelques cas, en allant et en revenant des poèmes à ses écrits autobiographiques, nous regarderons comment la représentation de son activité poétique comme activité avant tout personnelle, intime, contribue à la fabrique de sa sainteté, à la transfiguration des poèmes en reliques, et comment la publication des poèmes permet en même temps leur dépersonnalisation et l’appropriation – peut-être l’incorporation – à venir de son martyre par un lectorat spirituel.

La deuxième partie de la communication explorera quant à elle certains des usages auxquels a donné lieu le dispositif éditorial des quatre volumes des Poésies et Cantiques spirituels de J. Guyon de 1722. On se penchera pour ce faire sur le cercle piétiste lausannois des « âmes intérieures », qui a pratiqué avec constance les écrits de l’autrice française sous l’égide de Jean-Philippe Dutoit dans la deuxième moitié du xviiie siècle, puis de ses continuateurs jusque dans la première moitié du xixe siècle. Trois objets retiendront notre attention: le premier est composé des annotations, probablement antérieures à 1790, portées sur les volumes de l’édition de 1722 des Poésies et Cantiques conservés dans l’Oratoire des âmes intérieures de Lausanne ; le second est un livret de partitions manuscrites notant les timbres des cantiques imprimés de J. Guyon ; le troisième est un recueil manuscrit, datant de la première moitié du xixe siècle, qui adapte certains cantiques de J. Guyon à des airs plus récents. Ce corpus nous permettra ainsi de nous interroger sur la fonction des performances musicales qu’il permettait et sur son rôle dans l’établissement de la sociabilité religieuse des « âmes intérieures ».

Mathilde Alazraki (Université de Paris), “La Reine et la Sultane : construire et visualiser une diplomatie féminine à travers la correspondance entre Elizabeth Ière et Safiye (1593-1599)”

Résumé de la communication du 7 mai 2021

En 1593, sur les conseils d’Edward Barton, ambassadeur anglais à la Sublime Porte, la Reine Elisabeth Ière envoie à la Sultane Safiye (env. 1550-1605), favorite du Sultan Mourad III et mère de son héritier Mehmed III, son portrait miniature paré de rubis et diamants. Ce premier cadeau sera le prélude d’une relation épistolaire qui s’étalera sur six ans et qui se traduira par des échanges de produits de luxe entre Londres et Constantinople. Cette correspondance de deux femmes de la royauté entre l’Orient et l’Occident, unique dans le champ des études diplomatiques, prend place dans un contexte politique et culturel inégalé : avoir une Reine à sa tête permet à la couronne anglaise d’envoyer des lettres et des cadeaux directement au sein du harem de l’Empire Ottoman, chose interdite à tout souverain masculin. De même, au sein de l’empire ottoman, les XVIème et XVIIème siècles sont considérés comme le temps du « sultanat des femmes », une période historique au cours de laquelle la concubine favorite et la mère du sultan possèdent un pouvoir inégalé à la Cour. Malgré la distance géographique et les différences linguistiques, culturelles et religieuses qui les séparent, la Reine anglaise et la Sultane ottomane mettent en place diverses stratégies novatrices pour se représenter l’une à l’autre et servir leurs intérêts mutuels. Une étude détaillée des lettres et cadeaux échangés entre Elisabeth Ière et Safiye permettra de mettre en lumière le rôle de l’amitié féminine et la place des produits de luxe dans le cadre des échanges diplomatiques de la première modernité, et ce, à l’échelle globale.

Jean-Christopher Mayer, (CNRS/Université Paul Valéry-Montpellier 3), « Le lectorat féminin des premières œuvres imprimées de Shakespeare (XVIIe-XVIIIe siècles) ».

Présentation de la conférence plénière lors du webinaire du 7 mai 2021

Cette communication abordera le sujet du colloque sous un angle particulier et peut-être peu familier, celui des lectrices des premières œuvres imprimées de Shakespeare du XVIIe au XVIIIe siècle. On se penchera notamment sur les notes manuscrites qu’elles déposèrent dans les marges des éditions du dramaturge, mais également sur leurs lettres et carnets dans lesquels elles font référence aux œuvres de Shakespeare. Il s’agira, dans un premier temps, de mieux cerner ce public féminin. Malgré les forts taux d’illettrisme (plus élevés chez les femmes que chez les hommes), il apparaît qu’un nombre non-négligeable de femmes eut accès aux pièces et poèmes imprimés de Shakespeare. Certaines étaient des collectionneuses passionnées, d’autres se plaisaient à signaler leur présence dans les livres par des signatures répétées, l’introduction de péritextes parfois polémiques sur la place de la femme dans la société anglaise, ou par d’importants commentaires esthétiques. Nous proposerons quelques études de cas, parmi les plus significatifs, afin de mieux identifier les formes et la nature de l’appropriation féminine des œuvres imprimés de Shakespeare.