Article mis en avant

Webinaire Corpus Feminae, 7 avril 2023, 13h30-15h30: “Autrices européennes: entre manuscrits et publications”

Gabriel Metsu, Élégante écrivant à sa table, c. 1662-1664, The Leiden Collection. URL: https://www.theleidencollection.com/artwork/an-elegant-lady-writing-at-her-desk/

13h30-13h45: introduction et nouvelles du projet (Aurélie Griffin)

13h45-14h05: Alice de Nanteuil (ENS de Lyon): “Auctorialité féminine et manuscrits: Elizabeth Melville et Mary Maitland”

14h05-14h20: discussion

(Camille Signes (Lyon II):  “Catharina von Greiffenberg (1633-1694), une autrice “au service” de Dieu”.) REPORTÉ

14h35-14h45: discussion

14h20-14h40: Karine Durin (Nantes): “Traduire la Nueva filosofía de la naturaleza del hombre (1587). Culture philosophique et réforme de la médecine chez Oliva Sabuco de Nantes” 

14h40-14-14h55: discussion

14h55-15h15: discussion générale et conclusion

Le lien Googlemeet peut être obtenu sur demande à aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr

Article mis en avant

Alice de Nanteuil (ENS de Lyon): “Auctorialité féminine et manuscrits: Elizabeth Melville et Mary Maitland (Ecosse, XVIe siècle) – résumé de l’intervention du 7 avril 2023

Dans le cadre du séminaire Corpus Feminae, je propose d’analyser deux manuscrits d’autrices écossaises du XVIe siècle, afin d’examiner les enjeux d’attribution auctoriale qu’ils présentent. Elizabeth Melville, Lady Culross (c.1578-c.1640) et Mary Maitland (avant 1586-après 1596) sont deux femmes issues des milieux aristocratiques des Lowlands écossais, et qui s’exprimaient en Scots, une variété de l’anglais. Leurs héritages littéraires respectifs sont assez différents. Avec son long poème religieux Ane Godlie Dreame, publié en 1603, Elizabeth Melville est la plus prolifique des autrices écossaises de le première modernité, et la première à être publiée. Cette communication s’intéressera plutôt à ses dix-neuf sonnets religieux non-signés, récemment découverts dans un manuscrit des sermons de Robert Bruce. Au contraire, un seul poème est attribué à Mary Maitland, lui aussi non-signé, mais situé dans un « commonplace book » familiale qu’elle a retranscrit. Malgré cette différence de réputation, l’absence de signature des textes en question indique qu’elles font toutes les deux le choix de l’anonymat. 

L’histoire littéraire a montré qu’il était d’usage que les femmes qui écrivaient dissimulent leur identité pour préserver leur réputation et ne pas offenser leur modestie. Ces textes semblent pourtant dépasser ce niveau d’analyse. En effet, les deux autrices laissent assez de preuves dans leurs poèmes pour que leur identité puisse être établie. Melville, en particulier, ouvre sa série de sonnets avec une double anagramme de son nom et du nom de la destinataire de ses poèmes, Isabell Cor, Lady Airdrie (fl. 1588-1627). De même, le texte de Maitland est un poème d’amour pour une autre femme, où le genre de l’autrice est clairement mis en avant. Ces textes permettent donc de repenser les liens entre anonymat et écriture féminine, et montrent comment Melville et Maitland utilisent l’objet manuscrit pour jouer avec leur identité. J’explorerai la piste selon laquelle ces femmes définissent leur propre public à travers la dissimulation partielle de leur identité. De surcroit, ces textes attestent d’une parole féminine spécifique, puisqu’elle est destinée à une autre femme. Il s’agira donc d’examiner la façon dont la matérialité du manuscrit permet de dissimuler et révéler l’identité de l’autrice, ce qui constitue une piste possible pour redéfinir l’auctorialité féminine à la première modernité. 

SOURCES 

  • Cambridge, Magdalen College, Pepys Library 2251, fos. 78v-79v. 
  • New College Library,  Edinburgh University, Robert Bruce MS. 
  • William A. Craigie, ed., The Maitland Quarto Manuscript (Edinburgh and London: Printed for the Society by W. Blackwood and sons, 1920), 160–62. 
  • Jane Stevenson and Peter Davidson, Early Modern Women Poets 1520-1700: An Anthology (Oxford: Oxford University Press, 2001), 96–98.
  • Jaimie Reid-Baxter, ed., Poems of Elizabeth Melville, Lady Culross: Unpublished Works from Manuscript with ‘Ane Godlie Dreame’ (Edinburgh: Solsequium, 2010). 
  • Jaimie Reid-Baxter, ‘Elizabeth Melville, Lady Culross: 3500 New Lines of Verse’, in Woman and the Feminine in Medieval and Early Modern Scottish Writing, ed. Sarah Dunnigan, C. Marie Harker, and Evelyn S. Newlyn (Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2004), 195.
  • Jamie Reid-Baxter, ‘Elizabeth Melville, Lady Culross: a New Light from Fife’, The Innes Review 68.1 (2017): 38-77. 
Article mis en avant

Séminaire Corpus Feminae, 3 février 2023, “Autour des éditions de textes de femmes”, 13h45-16h30, Maison de la Recherche de La Sorbonne Nouvelle, salle Claude Simon

Conversations de dames en l’absence de leurs maris. Le dîner. Abraham Bosse (milieu du 17e siècle), Ecouen, Musée National de la Renaissance

13h45: accueil des participant.e.s

14h-14h05: introduction (Aurélie Griffin)

14h05-14h25: Erica Ciccarella (Sorbonne Nouvelle): « Des secrets de femmes : médecine et cosmétique à la Renaissance italienne » (report de l’intervention prévue le 2 décembre)

14h25-14h45: Aude Volpilhac (Université Catholique de Lyon): « “Je ne me mêlerai point d’en parler ni en Médecin, ni en Philosophe”. Publier un texte naturaliste quand on est une femme : l’Histoire de deux caméléons de Madeleine de Scudéry (1688)”

14h45-14h55: discussion / Q & A

14h55-15h15: Lynn Sermin Meskill (Université Paris-Cité) : “Error and Disability in Marguerite Buffet’s New Observations on the French Language, With Praises of Illustrious Learned Women

15h15-15h35: Aurélie Griffin (Sorbonne Nouvelle) et Sophie Lemercier-Goddard (ENS de Lyon): ““Editing and Translating The Tragedy of Mariam (1613) into French: collaborative translation, digital texts, diverse readerships”.

15h35-15h45: discussion / Q & A

15h45-16h30: table ronde autour des éditions de textes de femmes de la première modernité/ roundtable about editing early modern women’s texts

16h30 -17h: pause

La séance sera suivie d’une conférence de Helen Hackett sur le sujet suivant:

17h-18h30 : Helen Hackett (University College London): Hamlet and the Elizabethan Mind”

L’après-midi pourra être suivie à distance. Ecrire à aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr pour obtenir les liens.

Article mis en avant

Journée d’études “Mariamne et Hérode en Europe: métamorphoses européennes d’une histoire antique”, ENS de Lyon, 20 janvier 2023

Mariamne et Hérode en Europe : 

métamorphoses européennes d’une histoire antique, XVIe-XVIIe siècles

20 janvier 2023ENS de Lyon, salle D2.128

Journée d’Etudes organisée par Sandrine Berrégard (Université de Strasbourg), Aurélie Griffin (Sorbonne Nouvelle) et Sophie Lemercier-Goddard (ENS de Lyon) avec le soutien de  ENS de Lyon, IHRIM (UMR 5317), Sorbonne Nouvelle, PRISMES (EA 4398), Université de Strasbourg, CELAR (EA 1337).

Accueil 9h

9h10-10h40 1) Sources et formes tragiques 

Présidente de séance : Sandrine Berrégard (Université de Strasbourg)

  • Sandra Clerc* (Université de Fribourg), « Genèse de la tragédie italienne : le cas de Marianna de Lodovico Dolce (1565) » (en visio)
  • Helga Zsak (Université BBS de Budapest), « Hérode, Mariane et Salomé au miroir des sources théâtrales et morales du début du xviie siècle »
  • Isabel Ibáñez (Université de Pau et des Pays de l’Adour), « Défense et illustration de la tragédie ‘à l’espagnole’ : La vida y muerte de Herodes de Tirso de Molina (1636) » 

PAUSE 10h40-11h

11h-12h30 2) Mariam / Mariane en France et Angleterre

Présidente de séance : Mathilde Bombart (Université Lyon 2)

  • Yasmine Loraud (Académie de Versailles), « Mariane, une héroïne de tragédie régulière ? Singularité de la construction tristanienne du personnage au regard des traitements anciens et étrangers du thème »
  • Pauline Durin (Université Clermont-Ferrand- IHRIM), « ‘Cannot women hate as well as men?’ : l’expression de la haine par les personnages féminins dans la Tragédie de Mariam / Marianne (Cary, 1613 et Tristan L’Hermite, 1636) »
  • Caroline Labrune (Université de Rouen), « La figure d’Hérode, de La Mariane de Tristan L’Hermite à La Mort des enfants d’Hérode de La Calprenède : le tragique de la récidive irrépressible »

Déjeuner 12h30-14h30

14h30-16h 3) Politique, religion, éducation

Présidente de séance : Isabelle Moreau (ENS de Lyon)

  • Lisa Zeller (Université de Mayence), « Mariamne dans Les Femmes illustres de Scudéry (1642) et dans Les Femmes fortesde Le Moyne (1646), représentante d’une politique alternative ensevelie ? »
  • Marie-Thérèse Mourey (Sorbonne Université), « Une martyre germanique : Mariamne de Johann Christian Hallmann (1670) »
  • Aurélie Griffin (Sorbonne Nouvelle) et Sophie Lemercier-Goddard (ENS de Lyon) : « La Tragédie de Mariam d’Elizabeth Cary : Enjeux d’une édition et traduction en français au XXIe siècle »

CONCLUSION: 16h-16h30

La journée se tiendra en hybride. Pour obtenir le lien, envoyer un email à sophie.lemercier-goddard@ens-lyon.fr

Contacts : sophie.lemercier-goddard@ens-lyon.fraurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.frberregard@unistra.fr

Article mis en avant

Webinaire Corpus Feminae, “Femmes et sciences dans l’Europe moderne”, 2 décembre 2022, 13h30-16h

13h30-13h45: introduction et accueil des participantes (Aurélie Griffin)

13h45-14h05 : Présentation du volume « Femmes de science : quatre siècles de conquêtes, entre langue et littérature » (Carocci, 2021) dirigé par Natasa Raschi et Cristina Trinchero par les éditrices

14h05-14h20 : discussion

14h20-14h40 : Sophie Soccard (Le Mans) : « Distiller, soigner, partager : Hannah Woolley et la contribution des femmes au débat scientifique, 1661-1675 »

14h40-14h55 : discussion

14h55- 15h15 : Erica Ciccarella (Sorbonne Nouvelle) : « Des secrets de femmes : médecine et cosmétique dans l’espace domestique à la Renaissance italienne »

15h15-15h30 : discussion

15h30-16h : discussion générale et conclusion

Discutante : Sandrine Parageau (Sorbonne Université)

Le lien Google Meet peut être obtenu sur demande auprès de aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr

Description et table des matières du volume “Femmes de science”:

http://www.carocci.it/index.php?option=com_carocci&task=schedalibro&Itemid=72&isbn=9788829012886

http://www.carocci.it/index.php?option=com_carocci&task=schedalibro&Itemid=72&isbn=9788829012886

Article mis en avant

Colloque international “In and Out of the Closet: New Perspectives on Closet Drama”, 25-26 novembre 2022, Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle

Programme

Conference organised by

Aurélie Griffin (Sorbonne Nouvelle) & Sophie Lemercier-Goddard (ENS Lyon)

Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle

4, rue des Irlandais

75005 Paris

Salle du Conseil

Friday 25 November

9.15 : welcome

9:30-11 : panel 1 : Unstaged plays : Chair: Ladan Niayesh (Université Paris-Cité)

  • Patrick Durdel (University of Lausanne)“Before Closet Drama: Jasper Heywood and Translation as Genre”
  • Christine Sukic (Université de Reims-Champagne-Ardenne): “‘when perform’d/ Will this dull vow be?’: George Chapman’s Unstaged Plays 1605”
  • Sarah Knight (University of Leicester): “No Plays for the Stage”: Fulke Greville and Closet Drama”

11:00-11:30 : pause

11.30-12:30: keynote 1: 

Ramona Wray (Queen’s University Belfast): “Women Writers and the Early Modern Closet: Classification, Performance and the Dramatic Canon” 

Chairs: Aurélie Griffin & Sophie Lemercier-Goddard

12:30 -14:00 : buffet lunch

14:00-15.30: panel 2 : The Tragedy of Mariam as Closet Drama : Chair: Anne-Marie Miller-Blaise (Sorbonne Nouvelle)

  • Judith Hudson (Birkbeck College, University of London): “‘Shows and proofs uneven’: Women, evidence and uncertainty in The Tragedy of Mariam
  • Sophie Lemercier-Goddard (ENS de Lyon) &  Aurélie Griffin (Sorbonne Nouvelle): “Learning and Teaching in The Tragedy of Mariam

15.30-15:45: pause

15:45-17:15: panel 3 Closet drama & court masques: Chair: Guillaume Coatalen (CYU)

  • Emma Whipday (Newcastle University): “Closet Dramas and Court Masques: Embodiment, Agency, and Female Performance”  
  •  Caitlin Hubbard (Yale University): “Out of the Closet and Onto the Public Stage: Henrietta Maria, William Davenant, and Overcoming English Cultural Resistance to the Staged Woman”
  • Bethany Mayo (director, Baltimore Shakespeare Factory) : “Staging Mariam for the Zoom Age”

17:15-18:00: Round Table: “Closet Drama: For the Stage or Not for the Stage?”:

with Ramona Wray, Marion Wynne-Davies, Emma Whipday, Bethany Mayo, Aurélie Griffin & Sophie Lemercier-Goddard

19:00:  Conference Dinner

Saturday 26 November

9. 15: welcome

9.30-10.30 : keynote 2: 

Marion Wynne-Davies (University of Surrey): “Elizabeth Brackley’s and Jane Cavendish’s The Concealed Fancies (c.1645) Space Geography”  

Chairs: Aurélie Griffin & Sophie Lemercier-Goddard

10.30-10.45: pause

10.30-11.45: panel 4 : Cavendish & Beyond : Chair: Claire Gheeraert-Graffeuille (Université de Rouen)

  • Line Cottegnies (Sorbonne Université) : “Oral and Silent Reading as Performance in Margaret Cavendish’s Love’s Adventure and The Convent of Pleasure” 
  • Thomas Wynn (Durham University) :  “Le Drame de la vie (1792): In and out of Restif de La Bretonne’s closet”

11.45-12.15: general discussion and conclusion

End of the conference 12.15

Article mis en avant

Webinaire, 7 octobre 2022, 13h30-15h30: “Echanges matériels de part et d’autre du Rhin”

Adriaen Hanneman, Portrait d’Emilie von Hesse-Kassel (1656). Source: wikimedia commons, URL: https://de.wikipedia.org/wiki/Emilie_von_Hessen-Kassel#/media/Datei:Adriaen_Hanneman_-_PORTRAIT_OF_AMALIA_VON_HESSE-KASSEL.jpg

13h30-13h45 : accueil des nouveaux doctorants et nouvelles doctorants d’Epistémè

13h45- 13h55 : présentation du programme de l’année (Aurélie Griffin)

13h55-14h: présentation des intervenantes

Discutante: Marie-Thérèse Mourey (Sorbonne Université)

14h-14h25 : Helga Meise (Université de Reims-Champagne-Ardenne) : « Lettres familiales : Les Lettres d’Emilie, de Charlotte et de Wilhelm Landgrafen von Hessen-Kassel (1637-1651) »

14h25-14h45 : discussion

14h45- 15h10 : Andrea Grewe (Universität Osnabrück): “La présence d’autrices françaises dans les bibliothèques des princesses allemandes aux XVIIe et XVIIIe siècles – transfert culturel et canonisation »

15h10-15h30 : discussion

Article mis en avant

Helga Meise (Université de Reims-Champagne Ardenne), “Lettres familiales : Les Lettres d’Emilie, de Charlotte et de Wilhelm Landgrafen von Hessen-Kassel (1637-1651)”

Présentation du 7 octobre 2022

Cette intervention porte sur les lettres échangées pendant la Guerre de Trente Ans, de 1637 à 1651, entre deux sœurs et un frère, Landgrafen de Hessen-Kassel. Emilie, née en 1626, et Charlotte, née en 1627, résident au château de Kassel, tandis que leur frère Wilhelm, né en 1629, est absent, d’abord à cause de l’exil choisi par les parents pour sauvegarder la principauté, ensuite à cause du grand tour qui le mène en France. Les sœurs sont avides de rester en contact et de participer aux expériences de Wilhelm, notamment en France, lui, il se précipite à leur rendre service. Inévitablement, les lettes basculent de la vie quotidienne aux attentes et sentiments, rêves et désirs des uns et des autres.

Article mis en avant

Andrea Grewe (Universität Osnabrück), “La présence d’autrices françaises dans les bibliothèques des princesses allemandes aux XVIIe et XVIIIe siècles : transfert culturel et canonisation”

Communication du 7 octobre 2022

Les bibliothèques sont des lieux privilégiés de la mémoire culturelle. Elles forment un « espace d’idées » où les forces antagonistes de la mémoire et de l’oubli interagissent. Pour l’histoire littéraire, elles constituent, par conséquent, un outil indispensable pour connaître l’histoire de la réception des textes littéraires. L’étude de leurs fonds permet d’écrire l’’histoire de ce qui a été lu’ et fournit ainsi les informations nécessaires pour analyser les processus de canonisation des textes littéraires d’antan. En se parant de livres étrangers, les bibliothèques témoignent en même temps du transfert culturel entre différentes aires culturelles.

Les recherches que je voudrais présenter concernent les processus de canonisation de textes littéraires composés par des autrices françaises du XVIe au XVIIIsiècle. En étudiant leur présence dans les bibliothèques de certaines princesses allemandes, je voudrais analyser l’histoire de leur réception en Allemagne et les processus de canonisation qui s’y manifestent.   

Article mis en avant

​​Appel à communications: JE “Mariamne et Hérode en Europe”

​​

Fichier:Tristan L'Hermite-La Mariane, tragédie.jpg
Abraham Bosse, Frontispice de la troisième édition de La Mariane de Tristan L’Hermite, 1639 (Gallica). Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Frontispiece_to_%27La_Mariane%27_by_Tristan_l%27Hermite_–Gallica_2017(adjusted).jpg

Appel à communications

Mariamne et Hérode en Europe : métamorphoses européennes d’une histoire antique, XVIe-XVIIe siècles

20 janvier 2023

ENS de Lyon 

Journée d’Etudes organisée avec le soutien de : ENS de Lyon, IHRIM (UMR 5317), Sorbonne Nouvelle, PRISMES (EA 4398), Université de Strasbourg, CELAR (EA 1337). 

Créée en 1636 au théâtre du Marais, La Mariane de Tristan L’Hermite, sa première tragédie, connut un succès retentissant. Dans le cadre de la publication du nouveau programme d’agrégation de Lettres et grammaire où figurent trois tragédies de Tristan L’Hermite, cette journée d’études propose d’adopter un regard européen sur ce  célèbre sujet antique en s’intéressant aux pièces qui s’en sont inspirées, à leurs parentés et à leur éventuelle circulation.  La passion mortifère d’Hérode pour Mariamne s’est imposée sur les scènes européennes à partir de la seconde moitié du 16e siècle : une quinzaine de pièces sont produites entre 1552 et 1694 en allemand, italien, latin, espagnol,  anglais, français.  Ces pièces accompagnent une réflexion explicite sur le théâtre et la forme tragique sur la scène européenne. En France, le drame hérodien s’inscrit dans le débat  sur l’essence de la tragédie classique avec en particulier Alexandre Hardy et Tristan L’Hermite. En Angleterre, on retrouve le personnage biblique aussi bien dans un contexte universitaire (pièce de Goldingham produite à Cambridge, ca.1567), que sur la scène du théâtre commercial et populaire avec la pièce de Markham et Samson produite à Londres (1613), et dans l’espace domestique, avec la pièce d’Elizabeth Cary, publiée la même année, souvent qualifiée de closet drama (c’est-à-dire de théâtre à lire). Le cloisonnement disciplinaire a pu contribuer à obscurcir le caractère européen du phénomène et à isoler des pièces que leur sujet et source communs (La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe) devraient inviter à rapprocher. Quelle résonance le sujet a-t-il pu trouver dans le théâtre du Siècle d’Or ou dans l’Allemagne et l’Italie de la Renaissance? Le contexte de la Réforme et de la Contre-Réforme a-t-il eu une influence sur le succès de ces pièces à travers l’Europe? Comment expliquer cet engouement européen pour l’histoire de Mariamne et Hérode? 

Les communications pourront aborder entre autres les sujets suivants: 

  • Le rapport des pièces à leur source, Flavius Josèphe, et à ses traductions en langues vernaculaires ; utilisation des sources antiques dans la tragédie ; 
  • Les amours tourmentées d’Hérode et Mariamne ; le drame familial;
  • Le théâtre des passions, la mélancolie, la folie d’Hérode ;  
  • Le genre et l’esthétique : la tradition sénéquéenne (violence, vengeance,  stoïcisme de l’héroïne, omniprésence de la mort, fantômes) et ses réinventions baroques; rapports entre théâtre et poésie ;
  •  Le drame hérodien et la doctrine classique : les trois unités, bienséance et vraisemblance;
  • Titre et protagonistes: identité du héros / de l’héroïne éponyme;
  • Théâtre et politique : réflexion sur la monarchie et la tyrannie; contextes politiques et culturels nationaux;
  • L’éventuelle  circulation européenne de ces pièces et leur intertextualité;
  • Type et lieux de représentation (théâtres publics, cour, université,  espace privé, closet drama);
  • Enjeux critiques et théoriques: comment expliquer le regain d’intérêt critique et pédagogique pour ces pièces?
  • Les pièces sur la scène contemporaine : des pièces pour l’histoire ou pour aujourd’hui ?

Les communications en français ne devront pas excéder 20 minutes. Les propositions sont à envoyer à sophie.lemercier-goddard@ens-lyon.fr, aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr, berregard@unistra.fr  avant le 1er octobre 2022. 

Bibliographie sélective:

Sources primaires: 

Boyle, Roger, comte d’Orrery, Herod the Great, Londres, 1694.

Calderon de la Barca, Pedro, El Mayor Monstruo del Mondo / El Tetrarca (c. 1635) Madrid, 1637.

Cary, Elizabeth, The Tragedy of Mariam (c. 1605) Londres, 1613.

De Argensola, Lupercio Leonardo, La Alejandra (c. 1585), Madrid, 1772.

Dolce, Lodovico, Marianna, Tragedia, Venise, 1565.

Goldingham, William, Herodes Tragoedia (c. 1567).

Hallmann, Johann Christian, Mariamne (1669) Breslau, 1670.

Hardy, Alexandre, Mariamne  (c. 1600) Paris, 1625.

La Calprenède, Georges de, La Mort des enfants d’Hérode; ou, Suite de Mariamne (1639) Paris, 1652.

Lozano, Cristobal, Herodes Ascalonita y la hermosa Mariana, Madrid, 1658.

Markham, Gervase, & Sampson, William, The True Tragedy of Herod and Antipater (c. 1613) Londres, 1622.

Pordage, Samuel, Herod and Mariamne (1673) Londres, 1674.

Sachs, Hans, Herodes mit seinem Söhnen (1552).

Tirso de Molina, La Vida de Herodes, Madrid, 1636.

Tristan L’Hermite, François, La Marianne (1636) Paris, 1637.

Sources secondaires:

Abraham, Claude, Introduction à La Mariane de Tristan L’Hermite, Les Tragédies, Paris, Champion, 2001, p. 19-26 ; rééd. Champion Classiques, 2009.

Angileri, Kelly, “Parallel Universe Power Plays: Calderon and Tristan L’Hermite’s Twists on the Herodian Tale”, Romance Notes, vol. 35, n°2, Hiver 1994, p. 153-161.

Auger, Peter, “Playing Josephus on the English Stage”, International Journal of the Classical Tradition,  vol. 23, n°3, The Reception of Josephus in the Early Modern Period, Octobre 2016, p. 326-332.

Berrégard, Sandrine, “L’Hérode de Tristan, entre exposition et obscurcissement” et “La Mariane de Tristan : entre héritage et nouveauté”, conférences en ligne | Les Amis de Tristan L’Hermite

Berrégard, Sandrine, “Introduction à l’édition critique de Mariamne d’Alexandre Hardy”, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 533-570.

Berrégard, Sandrine, “Figures du souverain dans les tragédies de Hardy Panthée et Mariamne”, Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, 2020/2, n°52, p. 153-173.

Berrégard, Sandrine, “Tristan et Hardy: un héritage problématique”, Cahiers Tristan L’Hermite n°42, Tristan et le théâtre du XVIe siècle, 2020, p. 49-67.

Dalla Valle, Daniela, “El Hado et le songe dans El Mayor Monstruo de Calderon et dans La Mariane de Tristan”, Cahiers Tristan L’Hermite, 2003, n°25, Varia, p. 70-74.

Di Maria, Salvatore, Dolce’s Marianna: From History to the Stage, in The Poetics of Imitation in the Italian Theatre of the Renaissance, Toronto, University of Toronto Press, 2013, p. 148-165.

Fletcher, J. B., “Herod in the Drama”, Studies in Philology, juillet 1922, pp. 292-307.

Mallet, Nicole, “Tristan dramaturge face aux élisabéthains”, Cahiers Tristan L’Hermite, n°10, Tristan et l’Europe, 1988, p. 29-37.

Nancy, Sarah, “Violence et voix: les accents du conflit dans La Mariane de Tristan L’Hermite”, Littératures Classiques, 2010/3, n°73, p. 403-413.

Straznicky, Marta, Privacy, Playreading and Women’s Closet Drama, 1550-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Valency, Maurice, The Tragedies of Herod and Mariamne, New York, Columbia University Press, 1940.

Wolfe, Heather, The Literary Career and Legacy of Elizabeth Cary, 1613-1680, New York, Palgrave Macmillan, 2007.

Article mis en avant

Webinaire “Vies matérielles des textes de femmes, du manuscrit à la scène”, 4 février 2022, 13h30-16h

File:Catherine et Antoinette d' AMBOISE (sa nièce).jpg
Catherine d’Amboise et sa nièce Antoinette d’Amboise, c. 1530, manuscrit enluminé, Gallica ID btv1b10515462z/f5.item/ domaine public

13h30-13h40: présentation

13h40-14h: Claire Gheeraert-Graffeuille (Université de Rouen) : “Du manuscrit à l’imprimé: les métamorphoses de la dédicace aux enfants dans les Memoirs of the Life of Colonel Hutchinson

14h-14h15: discussion

14h15-14h35: Sophie Lemercier-Goddard  (ENS Lyon): “Mariam en France et en Angleterre: formes tragiques au tournant du XVIIe siècle”

14h35-14h50: discussion

14h50-14h55: pause

14h55-15h15: Nancy Oddo (Sorbonne Nouvelle) : “La Complainte de la Dame pasmée contre Fortune (vers 1525-1530) de Catherine d’Amboise : trois manuscrits pour une autrice clairvoyante”

15h15-15h30: discussion

15h30-16h: discussion générale, bilan et perspectives

Le lien Zoom peut être obtenu sur demande auprès de aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr

Erica Ciccarella (Sorbonne Nouvelle), “Des secrets de femme: médecine et cosmétique dans l’espace domestique à la Renaissance italienne”: intervention lors du séminaire du 3 février 2023

La communication vise à analyser une littérature périphérique et pourtant fascinante pour l’histoire des femmes de la première modernité, celle des « livres des secrets ».  Récemment ,ce type particulier de littérature « scientifique » – qui remonte à l’époque médiévale mais qui a connu son âge d’or au XVIe siècle – a fait l’objet de plusieurs études, qui ont souligné l’importance de la circulation de savoirs scientifiques, alchimiques et médicales parmi les femmes.  Toutefois, beaucoup d’aspects demeurent encore obscurs et/ou à découvrir. Dans cette communication, on abordera l’analyse des conseils médicaux et cosmétiques contenu dans l’univers de recettes livrées dans les recueils italiens attribués à la plume de deux dames d’exception, Caterina Sforza et Isabella Cortese, en se concentrant sur ce dernier, où on trouve une riche liste de consilia sur le maquillage et le soin du corps féminin qui témoignent d’une part la connaissance scientifique des femmes au XVIe siècle et de l’autre l’obéissance aux canons esthétiques et morales proposés par l’art figuratif et la littérature néo-platonique de l’époque. À ce propos, on aura l’occasion de lire les stratégies et les ruses mises en place par les femmes du XVIe siècle pour « réparer » la virginité, blondir les cheveux et blanchir la peau. On verra aussi que à travers cette pratique quotidienne des soins du corps, l’espace domestique de la cuisine devient un véritable laboratoire où les lectrices des « livres des secrets » font l’expérience d’un savoir scientifique empirique et partagé.

NB: intervention initialement prévue le 2 décembre 2022 et reportée au 3 février 2023.

Sophie Soccard (Le Mans), ” Distiller, soigner, partager: Hannah Woolley et la contribution des femmes au débat scientifique, 1661-1675″: intervention lors du webinaire du 2 décembre 2022

Dans l’Angleterre du XVIIe siècle, la science demeurait une prérogative masculine et la réticence à l’idée que les femmes aient pu participer à la vie scientifique restait puissante. Avec les réformes éducatives de Comenius, des esprits éclairés espérèrent que les notions de genre ne freineraient plus les élans scientifiques féminins. Pourtant, bien que certaines femmes travaillaient de concert avec des savants des cercles de la sociabilité mondaine, elles restaient écartées des institutions scientifiques. 

Pour surmonter ces obstacles institutionnels et transformer progressivement la curiosité féminine en innovations, la lutte pour la connaissance scientifique s’est opérée pour partie dans les cuisines de certaines maisonnées. Des femmes ont su jouer de leur statut domestique pour tenter des expériences sophistiquées dans leur foyer, certaines ayant abouti à ce que l’on nomma la “chimie des dames”. 

Les formules médicinales de Hannah Woolley constituent un exemple frappant des arts pratiqués par ces femmes. Son premier livre de recettes et de remèdes publié en 1670 a connu un succès tel qu’elle devint l’une des premières femmes à gagner sa vie en vendant ses conseils à des femmes de toutes classes sociales. À une époque où les médecins ne traitaient pas les pauvres et où les pharmaciens prescrivaient des médicaments coûteux, voire nocifs, ce type de livres a rendu les femmes autonomes en matière de soins médicaux. Les ménagères achetaient et recopiaient à la main les instructions de Woolley dans leurs propres cahiers, transmettant ses conseils et son style rhétorique aux générations suivantes. Dans un genre alors dominé par les hommes, Woolley a ouvert la voie vers un nouveau genre d’ouvrages écrits par des femmes, pour des femmes, s’arrogeant une réputation scientifique inédite et signant la forme la plus significative de l’écriture féminine des débuts de l’ère Moderne.