Article mis en avant

Programme du colloque “Objets textuels: des femmes et leurs livres en Europe, 16e-18e siècles” /”Her Book: Women and Book Ownership in Early Modern Europe”, 17-18 juin 2022, Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle

International Conference

Colloque International

Her Book: Women and Book Ownership in Early Modern Europe

Objets textuels: des femmes et leurs livres en Europe, 16e-18e siècles

Université Sorbonne Nouvelle

Maison de la Recherche

4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Programme

Friday 17 June / Vendredi 17 juin

8. 30 : Welcome/  accueil des participants

9: Introduction (Guillaume Coatalen & Aurélie Griffin)

9.15-10.15: Keynote Speaker 1 / conférence plénière 1: Martine van Elk (University of California) : “Private Reading and Public Performance: Early Modern Female Book Ownership of Playbooks” (Chair/ présidence:  Guillaume Coatalen)

10.15-10.30: pause

10.30-12: worskshop 1/ atelier 1: Female Lay Readers  (Chair/ présidence : Claire Vial)

Margriet Hooglievt (Groningen): “Creating a Female Lay and Religious ‘persona’ around 1500: Three Texts in French Written for Women”

Anna de Bruyn (Groningen): “Modifying Books for Female Lay Religious Readers: The Case of the Tertiaries of Saint Agnes in Amersfoort”

Sabrina Corbellini (Groningen): “Creating a Reading Space: Instructions for Lay Female Readers”

12 – 2: buffet lunch for the participants / déjeuner buffet sur place pour les conférenciers

2- 3.30: Workshop 2/ Atelier 2 : Women and their Books in the Iberian Peninsula (Chair/  présidence: Aurélie Griffin)

Filipe Alves Moreira & Paula Almeida Mendes (Porto): « Des femmes, pour les femmes: production et circulation du livre dans un contexte féminin au Portugal au XVIe siècle »

Laura Guinot Ferri (Valencia – CIRGEN): “Domestic Spaces of Reading and Writing in the 18th century: Women, Inventories and Material Culture in Spain” (via Zoom)

Carolina Blutrach (Valencia – CIRGEN): “Women’s libraries? The role of Castilian noblewomen in the creation and transmission of libraries in the Enlightenment(via Zoom)

3.30-4: pause

4 – 6: visit of the Old Library at the Irish Cultural Centre for the participants / visite à la Bibliothèque du Centre Culturel Irlandais pour les conférenciers

7: conference dinner for the participants/  dîner du colloque pour les conférenciers

Saturday 18 June / Samedi 18 juin

9 : welcome/ accueil des participants

9.15-10.15: Keynote speaker 2/ Conférence plénière 2 : Catherine Sutherland (Cambridge): “The Identification of Mary Astell’s Library at Magdalene College, Cambridge” (Chair/ présidence: Line Cottegnies)

10.15 -11.45 : Workshop 3/ Atelier 3: Femmes et plaisir du texte (Chair/ présidence: Nancy Oddo)

Damien Plantey (INHA) :« La Reyne les a prises » : les livres objets de désir et de plaisir dans les bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle.

Audrey Duru (Picardie): “Savoirs universitaires et pastorale féminine, le cas de Suzanne Habert (Paris, premier XVIIe siècle)”

Amélie Jaques et Beatrijs Vanacker (Louvain): “Portrait d’une lectrice médiatrice : Elisabeth Wolff-Bekker à la croisée des langues et des cultures”

11.45-12: pause 

12-1: Workshop 4/ atelier 4 : Books and female identity (Chair/ présidence: Anne-Marie Miller-Blaise)

Hannah Jeans (York): ““Send me your book”: Reading, Sociability and Identity among Seventeenth-Century Englishwomen”

Vanessa Braganza (Harvard): “How Women of Letters Are Made: Mary Sidney Herbert’s Italian-English Dictionary and the Study of Early Modern Women’s Education”

1-2.30 : buffet lunch for the participants /  déjeuner buffet sur place pour les conférenciers

2.30- 4: Workshop 5/ Atelier 5: Female Book Ownership in Northern Europe and Russia  (Chair/ présidence: Martine van Elk)

Elise Watson (St Andrews): “Inscribing Community: Women Circulating and Annotating Catholic Print in the Dutch Republic, 1650-1750” (via Zoom)

Lucie Duggan (University of Southern Denmark): “Reading Women. Karen Brahe and Female Book Ownership in Denmark (1609-1736)”

Anna Gnedina Moretti (CPGE, Corte): “Le livre pour Catherine II de Russie: objet de collection ou de promotion?” 

4- 4.15:  pause

4.15-5.45: Workshop 6/ atelier 6: When Silent Books Begin to Speak (Chair/ présidence: Guyonne Leduc)

Maureen Maryanski (Indiana): “Obscured Presence: Female Book Ownership in a Gentleman’s Library”

Amy Solomons Liverpool/ National Trust): “Fragments and Traces: Uncovering Sabine Winn’s Book Collection at Nostell Priory”

Hélène Vidal (Sorbonne Nouvelle): “From Silent Books to Telling Writings; or, the Re-creation of the Duchess of Devonshire’s Library”

5.45- 6: conclusion / bilan et perspectives

6: end of the conference / clôture du colloque

Article mis en avant

​​Appel à communications: JE “Mariamne et Hérode en Europe”

​​

Fichier:Tristan L'Hermite-La Mariane, tragédie.jpg
Abraham Bosse, Frontispice de la troisième édition de La Mariane de Tristan L’Hermite, 1639 (Gallica). Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Frontispiece_to_%27La_Mariane%27_by_Tristan_l%27Hermite_–Gallica_2017(adjusted).jpg

Appel à communications

Mariamne et Hérode en Europe : métamorphoses européennes d’une histoire antique, XVIe-XVIIe siècles

20 janvier 2023

ENS de Lyon 

Journée d’Etudes organisée avec le soutien de : ENS de Lyon, IHRIM (UMR 5317), Sorbonne Nouvelle, PRISMES (EA 4398), Université de Strasbourg, CELAR (EA 1337). 

Créée en 1636 au théâtre du Marais, La Mariane de Tristan L’Hermite, sa première tragédie, connut un succès retentissant. Dans le cadre de la publication du nouveau programme d’agrégation de Lettres et grammaire où figurent trois tragédies de Tristan L’Hermite, cette journée d’études propose d’adopter un regard européen sur ce  célèbre sujet antique en s’intéressant aux pièces qui s’en sont inspirées, à leurs parentés et à leur éventuelle circulation.  La passion mortifère d’Hérode pour Mariamne s’est imposée sur les scènes européennes à partir de la seconde moitié du 16e siècle : une quinzaine de pièces sont produites entre 1552 et 1694 en allemand, italien, latin, espagnol,  anglais, français.  Ces pièces accompagnent une réflexion explicite sur le théâtre et la forme tragique sur la scène européenne. En France, le drame hérodien s’inscrit dans le débat  sur l’essence de la tragédie classique avec en particulier Alexandre Hardy et Tristan L’Hermite. En Angleterre, on retrouve le personnage biblique aussi bien dans un contexte universitaire (pièce de Goldingham produite à Cambridge, ca.1567), que sur la scène du théâtre commercial et populaire avec la pièce de Markham et Samson produite à Londres (1613), et dans l’espace domestique, avec la pièce d’Elizabeth Cary, publiée la même année, souvent qualifiée de closet drama (c’est-à-dire de théâtre à lire). Le cloisonnement disciplinaire a pu contribuer à obscurcir le caractère européen du phénomène et à isoler des pièces que leur sujet et source communs (La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe) devraient inviter à rapprocher. Quelle résonance le sujet a-t-il pu trouver dans le théâtre du Siècle d’Or ou dans l’Allemagne et l’Italie de la Renaissance? Le contexte de la Réforme et de la Contre-Réforme a-t-il eu une influence sur le succès de ces pièces à travers l’Europe? Comment expliquer cet engouement européen pour l’histoire de Mariamne et Hérode? 

Les communications pourront aborder entre autres les sujets suivants: 

  • Le rapport des pièces à leur source, Flavius Josèphe, et à ses traductions en langues vernaculaires ; utilisation des sources antiques dans la tragédie ; 
  • Les amours tourmentées d’Hérode et Mariamne ; le drame familial;
  • Le théâtre des passions, la mélancolie, la folie d’Hérode ;  
  • Le genre et l’esthétique : la tradition sénéquéenne (violence, vengeance,  stoïcisme de l’héroïne, omniprésence de la mort, fantômes) et ses réinventions baroques; rapports entre théâtre et poésie ;
  •  Le drame hérodien et la doctrine classique : les trois unités, bienséance et vraisemblance;
  • Titre et protagonistes: identité du héros / de l’héroïne éponyme;
  • Théâtre et politique : réflexion sur la monarchie et la tyrannie; contextes politiques et culturels nationaux;
  • L’éventuelle  circulation européenne de ces pièces et leur intertextualité;
  • Type et lieux de représentation (théâtres publics, cour, université,  espace privé, closet drama);
  • Enjeux critiques et théoriques: comment expliquer le regain d’intérêt critique et pédagogique pour ces pièces?
  • Les pièces sur la scène contemporaine : des pièces pour l’histoire ou pour aujourd’hui ?

Les communications en français ne devront pas excéder 20 minutes. Les propositions sont à envoyer à sophie.lemercier-goddard@ens-lyon.fr, aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr, berregard@unistra.fr  avant le 1er octobre 2022. 

Bibliographie sélective:

Sources primaires: 

Boyle, Roger, comte d’Orrery, Herod the Great, Londres, 1694.

Calderon de la Barca, Pedro, El Mayor Monstruo del Mondo / El Tetrarca (c. 1635) Madrid, 1637.

Cary, Elizabeth, The Tragedy of Mariam (c. 1605) Londres, 1613.

De Argensola, Lupercio Leonardo, La Alejandra (c. 1585), Madrid, 1772.

Dolce, Lodovico, Marianna, Tragedia, Venise, 1565.

Goldingham, William, Herodes Tragoedia (c. 1567).

Hallmann, Johann Christian, Mariamne (1669) Breslau, 1670.

Hardy, Alexandre, Mariamne  (c. 1600) Paris, 1625.

La Calprenède, Georges de, La Mort des enfants d’Hérode; ou, Suite de Mariamne (1639) Paris, 1652.

Lozano, Cristobal, Herodes Ascalonita y la hermosa Mariana, Madrid, 1658.

Markham, Gervase, & Sampson, William, The True Tragedy of Herod and Antipater (c. 1613) Londres, 1622.

Pordage, Samuel, Herod and Mariamne (1673) Londres, 1674.

Sachs, Hans, Herodes mit seinem Söhnen (1552).

Tirso de Molina, La Vida de Herodes, Madrid, 1636.

Tristan L’Hermite, François, La Marianne (1636) Paris, 1637.

Sources secondaires:

Abraham, Claude, Introduction à La Mariane de Tristan L’Hermite, Les Tragédies, Paris, Champion, 2001, p. 19-26 ; rééd. Champion Classiques, 2009.

Angileri, Kelly, “Parallel Universe Power Plays: Calderon and Tristan L’Hermite’s Twists on the Herodian Tale”, Romance Notes, vol. 35, n°2, Hiver 1994, p. 153-161.

Auger, Peter, “Playing Josephus on the English Stage”, International Journal of the Classical Tradition,  vol. 23, n°3, The Reception of Josephus in the Early Modern Period, Octobre 2016, p. 326-332.

Berrégard, Sandrine, “L’Hérode de Tristan, entre exposition et obscurcissement” et “La Mariane de Tristan : entre héritage et nouveauté”, conférences en ligne | Les Amis de Tristan L’Hermite

Berrégard, Sandrine, “Introduction à l’édition critique de Mariamne d’Alexandre Hardy”, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 533-570.

Berrégard, Sandrine, “Figures du souverain dans les tragédies de Hardy Panthée et Mariamne”, Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, 2020/2, n°52, p. 153-173.

Berrégard, Sandrine, “Tristan et Hardy: un héritage problématique”, Cahiers Tristan L’Hermite n°42, Tristan et le théâtre du XVIe siècle, 2020, p. 49-67.

Dalla Valle, Daniela, “El Hado et le songe dans El Mayor Monstruo de Calderon et dans La Mariane de Tristan”, Cahiers Tristan L’Hermite, 2003, n°25, Varia, p. 70-74.

Di Maria, Salvatore, Dolce’s Marianna: From History to the Stage, in The Poetics of Imitation in the Italian Theatre of the Renaissance, Toronto, University of Toronto Press, 2013, p. 148-165.

Fletcher, J. B., “Herod in the Drama”, Studies in Philology, juillet 1922, pp. 292-307.

Mallet, Nicole, “Tristan dramaturge face aux élisabéthains”, Cahiers Tristan L’Hermite, n°10, Tristan et l’Europe, 1988, p. 29-37.

Nancy, Sarah, “Violence et voix: les accents du conflit dans La Mariane de Tristan L’Hermite”, Littératures Classiques, 2010/3, n°73, p. 403-413.

Straznicky, Marta, Privacy, Playreading and Women’s Closet Drama, 1550-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Valency, Maurice, The Tragedies of Herod and Mariamne, New York, Columbia University Press, 1940.

Wolfe, Heather, The Literary Career and Legacy of Elizabeth Cary, 1613-1680, New York, Palgrave Macmillan, 2007.

Article mis en avant

Programme de l’atelier “Women Self-Fashioning Through Death in Early Modern England”, congrès de la Renaissance Society of America, 1er avril 2022

Organizer: Aurélie Griffin (Sorbonne Nouvelle)

Chair: Ramona Wray (Queen’s University Belfast)

Respondent: Christine Sukic (Université de Reims-Champagne-Ardenne)

A / Eva Lauenstein (Birkbeck College): ‘“Things new and old”: Anne Clifford and the Building of Godly Communities’

This paper argues that Clifford’s commemorative and charitable buildings served to shape public and private worship according to her own beliefs and the practices of the Elizabethan Liturgy. Her network of building projects in the Cumbrian landscape uses the plastic and literary arts to mend the rupture in lineal descent created by her father’s will and her temporary exclusion from the Clifford succession. However, they also disclose her preoccupation with fissures in the religious, social and political fabric of the country following the English Civil War. Churches, tombs and almshouses stitch together Clifford’s ownership of titles and places, but also reassemble an idealised English society that worshipped in ostensible unity. They relate how Clifford used mortality to engage in genealogical and historical writing that intentionally collapse the boundaries between her body and a medieval and the Elizabethan past to generate narratives of an English sense of collective selfhood.

B/ Anne-Marie Miller-Blaise (Sorbonne Nouvelle): ‘Anne Bacon Drury’s Self Effacing Monuments’

Little is known of Anne Bacon Drury in comparison to her male relatives and acquaintances. She is more often remembered as one of John Donne’s patrons and the mother of the virginal Elizabeth Drury, commemorated in the poet’s two monumental elegies, the first and second ‘Anniversaries’, those ‘Carkas verses’ which explore the world’s dissolution on the occasion of the girl’s death. By looking more closely at the ‘mute’ monuments that Anne Bacon Drury devised – her painted cabinet and her own tombstone (both of which materialize and perform acts of neo-Stoic self-effacement) – this paper seeks not only to shed light on active female engagement in funerary art but also to interrogate broader notions of female agency and authorship.  

C/ Emma Bartel (Sorbonne Université) : ‘“Going to Take a Turn with Death”: Becoming the Pious Mary Rich, Countess of Warwick (1625-1678) 

Protestant ars moriendi literature commonly exhorted believers to regularly turn their thoughts to their own death and the future joys of heaven. “Going to take a turn with death” was the phrase used by Mary Rich to describe her lengthy walks during which she would meditate on death. In practice, a wide variety of both individual and communal devotional practices were aimed at daily preparation for death. Rich’s manuscripts provide minute details of different ephemeral and daily devotional practices such as occasional and heavenly meditation, communal prayer and pious conversation. These provide rare insight into how works on the Art of Dying were actually performed. I will discuss how these devotional practices were used by Rich to fashion her identity as an exemplary and skilled advocate of the Protestant good death and how this reputation provided her with the authority to exert an influential, more pastoral role, that of a spiritual guide to help others prepare for death. 

D/ Aurélie Griffin (Sorbonne Nouvelle): ‘Beyond Martyrdom in The Tragedy of Mariam’ 

It has become customary for critics to extol the eponymous heroine of The Tragedy of Mariam as an early martyr. But if her moral resolve before her execution indeed presents her as a protofeminist model of behaviour in the face of adversity, one should not forget that her death was brought about by the incessant machinations of her sister-in-law, Salome, that she faces her other rival, Herod’s first wife Doris, immediately before her death, and can hardly rely on her own mother’s support. In this paper, I would like to reexamine Mariam’s death to show that the ennobling discourse of martyrdom is constantly underpinned by other women’s efforts, providing an ironic backdrop that complicates protofeminist readings of the play. Cary thus represents the limitations to women’s agency in a patriarchal society, where their only option to influence life is to be involved in death – their own or another’s. 

Article mis en avant

Webinaire “Vies matérielles des textes de femmes, du manuscrit à la scène”, 4 février 2022, 13h30-16h

File:Catherine et Antoinette d' AMBOISE (sa nièce).jpg
Catherine d’Amboise et sa nièce Antoinette d’Amboise, c. 1530, manuscrit enluminé, Gallica ID btv1b10515462z/f5.item/ domaine public

13h30-13h40: présentation

13h40-14h: Claire Gheeraert-Graffeuille (Université de Rouen) : “Du manuscrit à l’imprimé: les métamorphoses de la dédicace aux enfants dans les Memoirs of the Life of Colonel Hutchinson

14h-14h15: discussion

14h15-14h35: Sophie Lemercier-Goddard  (ENS Lyon): “Mariam en France et en Angleterre: formes tragiques au tournant du XVIIe siècle”

14h35-14h50: discussion

14h50-14h55: pause

14h55-15h15: Nancy Oddo (Sorbonne Nouvelle) : “La Complainte de la Dame pasmée contre Fortune (vers 1525-1530) de Catherine d’Amboise : trois manuscrits pour une autrice clairvoyante”

15h15-15h30: discussion

15h30-16h: discussion générale, bilan et perspectives

Le lien Zoom peut être obtenu sur demande auprès de aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr

Article mis en avant

Webinaire “Autour des écrits de religieuses dans l’Europe moderne”, 14 janvier 2022, 13h30-16h (Zoom)

Source: Collection de costumes de tous les ordres monastiques, Bruxelles, 1811. Domaine public. http://cabrio.bibliotheek.brugge.be/browse/webgaleries/FAVA.KL1.357/index.html

13h30-13h40 : présentation

13h40- 14h : Virginie Carreira (Sorbonne nouvelle) : « Écrits de religieuses à la marge du Siècle d’Or : le ludique et la lacune »

14h-14h10 : discussion

14h10 -14h30 : Helena Queiros (Sorbonne nouvelle) : “L’écriture du corps des religieuses. L’incorporation du sacré à travers des biographies spirituelles portugaises du XVIIIe”. 

14h30 -14h40 : discussion

14h40-14h45: pause

14h45-15h05: Marie-Elisabeth Henneau (Liège) : “Tenir la plume en temps de guerre: la matérialité des écrits de religieuses franc-comtoises (première moitié du XVIIe siècle)”

15h05-15h15 : discussion

15h15-15h25: Laurence Lux-Sterritt (AMU) : ” L’objet manuscrit: sur la piste des religieuses anglaises en exil au XVIIème siècle”

15h25-15h35 : discussion

15h35-16h : discussion générale et clôture

Le lien Zoom peut être obtenu sur demande en envoyant un email à aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr.

Article mis en avant

Webinaire “Être femme et artiste dans l’Europe moderne”, 26 novembre 2021, 13h30-16h

Image dans Infobox.

Johannes Vermeer, La Femme au luth (1663), Metropolitan Museum, New York (source: wikimedia commons)

13h30-13h45: introduction (A. Griffin)

13h45-14h10 : Marie-Thérèse Mourey (Sorbonne Université) : « Être femme et écrire dans l’espace germanique au 17e siècle »

14h10-14h25: discussion

14h25-14h50 : Chantal Schütz (Polytechnique, PRISMES): « La luthiste et la vendeuse de feuilles volantes : formes de la co-création musicale féminine » 

14h50-15h05: discussion

15h05-15h10: pause

15h10-15h35 : Claire Labarbe (Sorbonne Nouvelle) : « Entre vices rédhibitoires et humeurs changeantes : la diffraction du modèle de la “bonne épouse” dans le corpus fragmenté des caractères. »

15h35-15h50: discusssion

15h50-16h : discussion générale et perspectives

Le lien zoom peut être obtenu en écrivant à aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr

Article mis en avant

Appel à communications – Colloque “Objets textuels: des femmes et leurs livres en Europe, 16e-18e siècles”, Sorbonne Nouvelle, 17-18 juin 2022

Jan Verkolje | Portrait, Woman reading, 17th century fashion
Jan Verkolje, Portrait of Petronella Boogart, Rijksmuseum (1679)

“Objets textuels: des femmes et leurs livres en Europe, 16e-18e siècles”

Colloque international, Sorbonne nouvelle, 17-18 juin 2022

Si “les femmes qui lisent sont dangereuses”, selon le titre d’un célèbre ouvrage (Adler et Bollman 2005), que dire de celles qui possèdent des livres, à une époque où l’accès des femmes à la culture n’est pas toujours aisé ? Ce colloque, organisé dans le cadre du projet de recherche “Corpus Feminae: matérialités des écritures féminines dans l’Europe moderne”, soutenu par la Sorbonne nouvelle, a pour but d’examiner les liens qui se tissent entre des femmes et leurs livres, de manière à mettre en lumière leur dimension concrète, physique. On interrogera l’éventuelle porosité entre la matérialité du livre (formats, reliures, types de papier, illustrations et frontispices, marginalia…) et le corps féminin, en se demandant si le contact avec celui-ci « laisse des traces » sur l’objet lu. 

Dans la lignée des travaux de Roger Chartier, qui ont bien montré l’importance de la matérialité du livre dans sa réception, les études sur la possession des livres (“book ownership”) sont un champ en plein essor dans les pays anglophones, mais ces questions sont rarement envisagées dans une perspective à la fois européenne et genrée. Par ce projet, nous espérons contribuer au développement de ces études en rendant aux femmes la place qui devrait être la leur, et élargir la focale pour inclure toute l’Europe, ainsi que le Nouveau Monde. Il ne s’agit bien sûr pas de présupposer que toutes les femmes de l’Europe moderne possédaient leurs livres de la même façon, mais de chercher à identifier d’éventuelles convergences et divergences en comparant les approches, et aussi, peut-être, de mettre au jour des réseaux de circulations transnationales qui inclueraient des femmes.

En effet, l’acculturation des femmes connaît dans l’Europe moderne (16e-18e siècles) une progression lente, non sans obstacles, mais conséquente (Timmermans 2005). Leur accès à la lecture, et, dans une moindre mesure, à l’écriture, commence timidement à se démocratiser, même si les femmes de l’aristocratie continuent à être largement privilégiées (Cruz 2011; Howe 2018). Dans ce contexte, un nombre croissant de femmes peut non seulement lire, mais posséder des livres, c’est-à-dire se les procurer par achat, don, héritage ou autre forme de transmission, et plus encore, les revendiquer comme siens (De Courcelles 1999; Knight 2018; Bombart 2020). C’est aux différentes formes et modalités de cette appropriation que ce colloque entend s’intéresser, c’est-à-dire à la fois aux parcours qui mènent les livres jusqu’à leurs propriétaires (et inversement), et aux différentes manières dont celles-ci les rendent pleinement les leurs. Ainsi, comment les femmes de l’Europe moderne se procuraient-elles leurs livres, dans le cas de la publication imprimée ? Quel rôle ont-elles pu jouer dans la circulation d’œuvres manuscrites (“simples” lectrices, commanditaires ou mécènes, co-autrices, comme dans le cas de Mary Sidney Herbert qui poursuit la traduction des Psaumes initiée par son frère Philip…) ? Comment constituaient-elles leurs propres ouvrages manuscrits, par exemple sous la forme de recueils de lieux communs ? 

On se demandera comment des femmes en venaient à reconnaître des livres comme les leurs, et à les identifier comme tels, en s’interrogeant sur les différentes marques (signatures, toutes formes d’annotation) grâce auxquelles elles rendaient cette appartenance visible, ou conditionnaient la transmission de l’objet à une autre personne, une autre génération (Cavallo 2000). Cette appropriation se faisait-elle de manière différente pour les femmes et pour les hommes, dans un contexte où l’éducation des femmes reste controversée ? Plus généralement, peut-on observer, dans ces livres de femmes, une translation du corps, un passage du corps féminin vers le corps du texte, vers l’objet livre en lui-même ? En d’autres termes, y a-t-il des livres de femmes à la période moderne, que leur contenu s’adresse explicitement au genre féminin ou non? 

Les communications pourront ainsi, à travers des cas particuliers et/ ou des études transversales, éclairer les diverses relations matérielles qu’entretiennent les femmes et leurs livres dans l’Europe moderne, mais aussi sur la dimension concrète des processus d’acquisition, de circulation, ou de constitution de bibliothèques.  Les approches interdisciplinaires et transnationales seront particulièrement bienvenues.

Les propositions de 300 mots environ, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique,  peuvent être envoyées à Guillaume Coatalen (guillaume.coatalen@cyu.fr) et Aurélie Griffin (aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr) pour le 15 novembre 2021. Les langues du colloque seront le français et l’anglais; les communications n’excéderont pas 25 minutes. Une sélection d’articles fera l’objet d’une publication sous forme de recueil collectif.

HerBook: Women and Book Ownership in Europe, 16th-18th centuries

International Conference, Sorbonne nouvelle, Paris, 17-18 June 2022

If “women who read are dangerous”, as the title of a famous book has it (Adler and Stollmann 2005), what could be said of women who owned books, at a time when their access to culture was still controversial? This conference, which is part of the Sorbonne nouvelle’s “Corpus Feminae: women’s materialities in early modern Europe” project, intends to examine the relationships between women and their books to shed light on their physical properties. The conference will consider how permeable the materiality of the book (formats, bindings, types of paper, illustration and frontispieces, marginalia…) is to women’s bodies, by asking if the contact between the two may leave traces on the object which is read.

            In the wake of Roger Chartier’s works, which have shown the importance of materiality in the reception of the book, book ownership has been a fast developing field, but these questions are rarely contemplated from a perspective that is both European and gendered. Building on the recent work on female book ownership in the English-speaking world, we would like to widen the perspective to include all European countries, and possibly the New World, and take into consideration cross-cultural exchanges, in particular the circulation of books. With this project, we hope to contribute to the development of such studies and to help to recover the place women should have in them. Far from suggesting that all early modern women had the same approach to book ownership, we would like to uncover both similarities and differences in their practices, and also to possibly shed light on transnational networks of circulation that included women.

            Indeed, women’s education developed slowly but surely in early modern Europe, as did their involvement in the culture of the time, despite the many obstacles they had to face (Timmermans 2005). Literacy slowly began to reach more women, even if upper-class, especially aristocratic, women continued to be privileged in this regard (Cruz 2011; Howe 2018). In this context, not only could a growing number of women read, but even possess books, i.e. procure them by purchase, gift, inheritance or any other form of transmission – books that they often claimed as their own (De Courcelles 1999; Knight 2018; Bombart 2020). This conference aims to explore the various forms and modalities such an appropriation could take, both by discovering how books were brought to women (and conversely) and by scrutinizing the different manners in which women made their books fully their own. How did early modern women come across their printed books? What roles did they play in the circulation of manuscripts (as “simple” readers, patrons, or co-authors, as with Mary Sidney Herbert’s translation of the Psalms, continuing her brother’s work after his death…)? How did they create their own manuscript works, especially in the case of commonplace books?

            We would like to examine the ways in which women came to recognize and identify books as their own by interrogating the diverse signs of appropriation (such as signatures, notes, scribbles or others) through which they left their marks on books, publicizing their ownership and/or conditioning the transmission of books to another person or another generation (Cavallo 2000). Did this appropriation take different forms for men and women, at a time when women’s education remained debated? More generally, can we observe a translation of the body in these female books – a passage from the body of the reader to the materiality of the book itself? In other words, were books materially gendered in the early modern period, whether or not their content was specifically addressed to women?

            The conference seeks to interrogate (through case studies and/or transversal ones) the various relations entertained by women and their books in early modern Europe by focusing on the materiality of the book, but also on the concrete dimension of the processes of acquisition, circulation, or the creation of libraries. Interdisciplinary and cross-cultural studies would therefore be particularly welcome.

            We invite individual submissions for 20 to 25 minute presentations, either in English or in French. Please send a 300-word abstract with a short bio-bibliographical notice to Guillaume Coatalen (guillaume.coatalen@cyu.fr) and Aurélie Griffin (aurelie.griffin@sorbonne-nouvelle.fr) by 15 November 2021. A selection of papers will be submitted for publication as a collection of essays.

Bibliography:

Acheson, Katherine (ed.), Early Modern English Marginalia: Material Readings in Early Modern Culture, London, New York, Routledge, 2018.

Adler, Laure, et Stefan Bolmann, Les Femmes qui lisent sont dangereuses, Paris, Flammarion 2005.

Bawcutt, Priscilla, “‘My Bright Buke’: Women and their Books in Medieval and Renaissance Scotland”, in Medieval Women: Texts and Contexts in Late Medieval Britain: Essays for Felicity Tiddy, eds. Jocelyn Wogan-Browne, Rosalynn Voaden and Arlyn Diamond, Turnhout, Brepols, 2000, 

Bombart, Mathilde, Sylvain Cornic, Edwige Keller-Rabé, Michèle Rossellini (eds.), “À qui lira”. Littérature, livres et librairie en France au XVIIe siècle, Tübingen, Günter Narr Verlag, 2020.

Cavallo, Sandra, “What Did Women Transmit? Ownership and Control of Household Goods and Personal Effects in Early Modern Italy”, in Gender and Material Culture in Historical Perspective, eds. Moira Donald and Linda Hurcombe, London, New York, Palgrave Macmillan, 2000, pp. 38-53.

Chartier, Roger, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987.

______, Pratiques de la lecture, Paris, Payot, 2004.

______ (ed.), Les Usages de l’imprimé, XVe-XIXe siècles, Paris, Fayard, 1987.

______, et Guglielmo Cavallo (eds.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Point, 2011.

Cruz, Anne J. et Rosilie Hernandez (eds.), Women’s Literacy in Early Modern Spain and the New World, Farnham, Ashgate, 2011.

De Courcelles, Dominique, et Carmen Val Julian, Des Femmes et des livres. France et Espagne, XIVe-XVIIe siècles, Paris, Publications de l’Ecole Nationale des Chartes, 1999.

Dooley, Brendan, Angelica’s Book and the World of Reading in Renaissance Italy, London Bloomsbury, 2016.

Howe, Elizabeth Teresa, “Ladies, Libraries and literacy in Early Modern Spain”, in A Companion to the Spanish Renaissance, ed. Hilaire Kallendorf, Leiden, Brill, 2018.

Knight, Leah, Micheline White and Elizabeth Sauer (eds.), Women’s Bookscapes in Early Modern Britain: Reading, Ownership, Circulation, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2018. 

Jagersma, Rindert, et Joanna Rozendaal, “Female Book Ownership in the Eighteenth-Century Dutch Republic: The Book Collection of Paper-Cutting Artist Joanna Koerten (1650-1715)”, Qaerendo, vol. 50, Issue 1-2, 2020, pp. 109-140.

Jeans, Hannah, Women’s Reading Habits and Gendered Genres, c. 1600-1700, Ph. D. Thesis, University of York, 2019. 

Mayer, Jean-Christophe, Shakespeare’s Early Readers: A Cultural History from 1590 to 1800, Cambridge, Cambridge University Press, 2018.

McElligott, Jason, “Ownership Inscriptions and Life Writings in the Books of Early Modern Women”, in Women’s Life Writing and Early Modern Ireland, eds. Julie A. Eckerle and Naomi McAreavey, Lincoln, NE., University of Nebraska Press, 2018.

Pearson, David, Book Ownership in Stuart England, Oxford, Oxford University Press, 2021. 

Plantey, Damien, Les Bibliothèques des princesses de Navarre: livres, objets,mobilier, décor, espaces et usages, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2016.

Reid, Martine (ed.), Femmes et littérature. Une histoire culturelle, Paris, Gallimard, 2020, 2 vols. 

Reinburg, Virginia, “‘For the Use of Women’: Women and Books of Hours”, Early Modern Women, Fall 2009, n°4, pp. 235-240.

Roberts, Sasha (ed.), “Reading in Early Modern England”, special issue of Critical Survey, vol. 12 Issue 2, 2000.

Smith, Helen, “Grossly Material Things”: Women and Book Production in Early Modern England, Oxford, Oxford University Press, 2012.

Staves, Susan, “‘Books Without Which I Cannot Write’: How Did Eighteenth-Century Women Writers Get the Books they Read?”, in Women and Material Culture, 1660-1830, eds. Jennie Batchelor and Cora Kaplan, New York, London, Palgrave Macmillan, 2007, pp. 191-211.

Timmermans, Linda, L’Accès des femmes à la culture sous l’Ancien Régime, Paris, Honoré Champion, 2005.

Wayne, Valerie (ed.), Women’s Labour and the History of the Book in Early Modern England, London, Bloomsbury, The Arden Shakespeare, 2020.

Van Elk, Martine, Early Modern Women’s Writing: Domesticity, Privacy and the Public Sphere in England and the Dutch Republic, London, Palgrave Macmillan, 2017. → inviter

Von Tippelskirch Xenia, Sotto controllo. Letture femminili in Italia nella prima età moderna, Rome, 2011. 

Weduwen, Andrew der, Andrew Pettigree and Graeme Kemp, Book Trade Catalogues in Early Modern Europe, Leiden, Brill, forthcoming 2021.

Weyraud, Erdmann, ‘Book ownership’, Encyclopedia of Early Modern History Online, first published 2015, DOI: <http://dx.doi.org/10.1163/2352-0272_emho_COM_017833>

Online Resources: 

Early Modern Female Book Ownership, #HerBook, URL: https://earlymodernfemalebookownership.wordpress.com/

Book Owners Online, URL: https://bookowners.online/Main_Page

Nancy Oddo, « La Complainte de la Dame pasmée contre Fortune (vers 1525-1530) de Catherine d’Amboise : trois manuscrits pour une autrice clairvoyante »

Comment Catherine d’Amboise (1482-1550) élabore-t-elle son identité d’autrice dans les manuscrits richement illustrés de La Complainte, son autobiographie allégorique en prose ? Par les miniatures, et leurs liens avec le texte manuscrit, elle parvient à diffuser une identité personnelle, celle d’une lectrice et autrice, d’une intellectuelle qui dialogue avec les œuvres profanes et sacrées, des Consolations de Boèce, aux Hommes Illustres de Boccace, en passant par Sénèque, l’histoire antique et la Bible. Je propose de voir aussi dans ces manuscrits et leurs miniatures, un espace d’inventivité où se pratique l’agentivité propre et individuelle de Catherine d’Amboise, d’autant qu’elle semble dialoguer avec l’œuvre imprimée de son neveu et protégé, le poète Michel d’Amboise.

Virginie Carreira, « Écrits de religieuses à la marge du Siècle d’Or : le ludique et la lacune ».

Les écrits des religieuses ibériques et ibéro-américaines à l’époque moderne, pour aussi riches qu’ils soient, n’ont pas été retenus par le canon de la littérature, et leur existence matérielle est réduite à peau de chagrin. Elle n’en est pas moins intrigante pour autant, comme en témoigne le recueil d’Énigmes inédit en France, écrit par neuf femmes dont huit religieuses, allant de la portugaise Sóror Maria do Céu dont nous n’avons quasiment que des éditions d’époque, à la célèbre mexicaine Sor Juana Inés de la Cruz, best-seller féministe.  Le charme fantasmatique de cet écrit provient à la fois de sa dimension ludique (bilinguisme, jeux de paratexte et de pseudonymes face à la censure, caractère artisanal du faux livre manuscrit) que du mystère de ses aspects lacunaires (absence de copie 0, impossibilité de rencontre entre les autrices, manuscrits retrouvés non au couvent, mais dans des bibliothèques masculines).

Virginie Emmanuelle CARREIRA. Doctorante contractuelle à l’ED 122de la Sorbonne nouvelle, École Doctorale « Europe latine – Amérique latine ». A occupé en France et au Portugal différents postes en éducation et en traduction, a suivi des études de Lettres modernes à la Sorbonne Nouvelle puis de Littérature Générale et Comparée à l’Université de Paris. Travaille sur la littérature conventuelle féminine ibérique et ibéro-américaine des XVIIe et XVIIIe siècles, notamment sur le lien entre ses paradoxes et la construction de modernité, et plus généralement sur l’écriture de la sensualité et la figure de la religieuse depuis le Moyen-âge.

Marie-Thérèse Mourey, “Être femme et écrire dans l’espace germanique au 17e siècle. L’écriture au féminin”

Dans l’espace germanique, les femmes ont été littéralement « domestiquées » depuis la Réforme. Sans être incultes, elles n’ont pas accès aux universités ni à la culture savante, mais demeurent soumises à l’institution du mariage, au service du mari, de la maison et des enfants. Ces obstacles, d’ordre institutionnel et social, les placent dans une situation de dépendance matérielle et financière totale envers les hommes (père, mari, tuteur, mécène…), qui parfois tout de même les soutiennent avec bienveillance dans leur projet d’écriture. Leur production, quantitativement modeste, a laissé peu de traces matérielles : destinée à un usage privé et non public, elle est souvent demeurée à l’état manuscrit. La communication présente quelques exemples d’écriture au féminin, afin d’en éclairer les spécificités : au premier chef une volonté d’émulation poétique et esthétique avec les modèles, des poètes masculins, afin de promouvoir la langue allemande, et une revendication d’accéder en pleine légitimité à la haute culture, à égalité avec les hommes.